Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/10/2014

L'heure bleue

 

IMG_20141016_163636.jpg

 

L'heure bleue
Ghislaine Herbéra
éditions MeMo

Il est l'heure. L'heure d'écouter l'histoire, l'heure de jouer une dernière fois, l'heure de ranger ses outils, de sortir du bain, de passer à table... pour Nin, Nestor, Nana, Nora, Noé et Nelson, c'est la fin de la journée qui sonne. Mais pour Nomi le tout petit, la tristesse grandit. C'est l'heure bleue, l'heure du chagrin mystérieux... Transmises de bouches à oreilles, de générations en générations, les explications des « pleurs du soir » des nourrissons, évoquent tantôt le coucher du soleil, l'influence de la lune, la fatigue ou le stress, oscillant entre réalité et croyance, savoirs et secrets de grands-mères. Démuni, chaque parent qui a vécu ces instants, aimerait croire à n'importe quel remède. Mais il sait aussi que Ghislaine Herbera a su saisir ce moment. Le dessin, la construction du récit comme le traitement des couleurs, parfaitement maîtrisés, décrivent ce sujet rarement traité dans les albums. Un lent travelling nous laisse découvrir un à un les membres de cette famille qui s'active, anime la maison et tente de retarder l'heure ; une agitation adoucie par les nuances bleutées, rosées, jaunies, comme par les lignes et les arrondis. Ghislaine Herbera désamorce cet épisode grâce à la tendresse collective et l'attention instinctive, elle nous enveloppe de sa nuit, nous sommes apaisés, comme Nomi...qui s'est endormi.

Lucie Charrier

11:34 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0)

04/09/2014

La Grosse Bête

 

 

La-grosse-bete-copie-1.jpg

 

 

La Grosse Bête
Pénélope Jossen
l'école des loisirs

Il était une fois une très grosse bête, très féroce. Et une toute petite bête pas féroce du tout. Dans ce petit album au format carré, peur, pouvoir et rapport de force sont abordés par le récit comme par l'image de la manière la plus accessible et la plus efficace qu'il soit. Minimaliste, le dessin se révèle par l'incroyable expressivité des personnages, l'énergie déployée dans quelques coups de pinceaux et le talent de cette illustratrice à occuper l'espace, tantôt en traçant une simple ligne d'horizon, tantôt en débordant de couleurs vives. On aime cette grosse bête, son gros rugissement, ses gros yeux et ses méthodes de grosses brutes autant que cette petite bête, obstinée et drôlement chanceuse, qui sera sauvée par le gong...Une histoire vieille comme le monde racontée ici avec fraicheur et simplicité, où s'échangent tendresse et cruauté, dominants et dominés.


Lucie Charrier

 

 

grossebete.jpg

 

21:38 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0)

29/05/2014

Panique au Mini-market

9782369020189_1_75.jpg

 

Panique au Mini-market
Mathis et Aurore Petit

 Les fourmis rouges

C'est la panique au Mini-market : un Yéti en pleine crise terrorise la clientèle et dévore le rayon des glaces ! Voilà une formidable mission pour Dolorès Wilson ! Intérimaire de l'impossible, cette jeune femme volontaire, qui vit avec Doug, un chien poltron et paresseux, pimente son quotidien en sauvant le monde ! Avec son look vintage, son escargot mutant et ses astuces qui oscillent entre remèdes de grand-mère et supers-pouvoirs, cette héroïne hors-norme déboule dans le Mini-market comme dans le monde la littérature jeunesse : telle une bombe en collant résille ! Explosif, drôle, décalé, le ton de cette nouvelle série marque un peu plus la signature des fourmis rouges, maison d'édition qui a su rapidement s'imposer par des choix éditoriaux originaux et exigeants. On retrouve tout de même une tendance lancée par Guillaume Guéraud et ses séries B, car là aussi, on aime le rythme cinématographique des épisodes de Dolorès Wilson et son univers loufoque teinté d'épouvante, d'aventures et de tendresse ! On connait le talent de Mathis pour raconter, avec peu de mots, des histoires parfaitement ciselées, et l'on adore ici son alter-ego Aurore Petit, qui réussi, avec trois crayons de couleurs, à propulser Dolorès Wilson au sommet !

Lucie Charrier

imagedolores9.jpg

11:23 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0)

06/05/2014

Au feu Petit Pierre

 

 

4291367908.gif

 

Au feu Petit Pierre
Adrien Albert
L'école des loisirs

Dans cet album au format généreux, le feu est ravageur, le camion bien rouge, le danger immédiat, les efforts palpables, les sauveteurs courageux : une histoire de pompiers qui semble bien classique. Pourtant, et avec une étonnante simplicité, cet album nous emmène ailleurs. Petit Pierre et ses amis, Jars et Orang-outan, sont des équipiers soudés : dans cette caserne où c'est maman qui prend les appels, sonne les alertes, sert le café et les bisous avant le départ, rien ne nous semble à sa place et pourtant tout est parfaitement réglé ! L'organisation est parfaite : Orang-outan pompe l'eau du lac, tandis que Jars conduit le camion rutilant et que Pierre s'apprête à gravir l'immeuble en feu. Et c'est avec fantaisie et audace qu'il sauvera Mamie et son poisson Bubulle, sautant de la tour en feu avant d'atterrir sur le canapé à ressort de secours. L'univers d'Adrien Albert séduit par de savants et subtils mélanges : hommes et animaux, réalité et fantasme, extravagance et douceur, à l'image de ces gadgets délirants, introduit avec naturel et spontanéité dans le décor, ou de l'utilisation des couleurs, d'une franchise presque déroutante, qui sont à la fois mises en valeur et contenues dans un dessin rond aux cernes noirs.

Lucie Charrier

21:54 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0)

23/04/2014

Qui Quoi Qui

93701847.jpg


Olivier Tallec
Actes Sud Junior

Qui a mangé toute la confiture ? Qui n'a pas assez dormi ? Qui a joué avec le chat ? Qui a très très peur ? Chaque double-page de cet album à l'italienne est un jeu : on lit la question, on observe, on scrute, on inspecte... les suspects sont là, alignés devant nos yeux affutés... ça y est ! On l'a trouvé !

Une trace de confiture sur un museau, des yeux fatigués, des joues rougissantes, une posture honteuse... un petit détail a trahi le coupable ! Douze énigmes sont ainsi posées au lecteur, qui, selon l'âge et l'envie, prend le temps de dévisager les personnages un à un, ou s'amuse à battre des records de rapidité pour deviner qui a fait quoi.

Olivier Tallec prend le soin de ne pas perturber l'œil par des décors ou des situations superflues : seule une ombre portée inscrit chaque petit héros dans l'espace blanc de la page, leur offrant de manière très simple mais terriblement efficace une évidente présence.

Pris sur le vif, la main dans le sac, tous ces petits yeux ronds et ahuris semblent nous fixer autant qu'on les regarde. L'ouvrage fonctionne à merveille : filles, garçons, lapins, ours, raton-laveur ou pingouin, la galerie de protagonistes, drôles, touchants, pudiques ou décalés, est irrésistible !

Lucie Charrier
 

3241317427.jpg

 

 

12:21 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0)

19/04/2014

Ina et Aslak, apprentis bûcherons

 

Electre_978-2-278-07049-7_9782278070497.jpg

 

Ina et Aslak, apprentis bûcherons
Tore Renberg – Øyvind Torseter
Didier jeunesse

C'est dans une maison de poupée que nous découvrons Ina et Aslak. Øyvind Torseter leur donne un doux visage, griffonné sur un coin de papier et leur construit un décor miniature, morceaux de cartons soigneusement assemblés, aux teintes chaleureuses et naturelles.

La fillette et son petit frère vivent là, au cœur de la forêt norvégienne. Ina est bienveillante et dégourdie. Aslak, joyeux et plein d'admiration, écoute et s'exprime à coup de « oui ! » et de « tracteur ! » enthousiastes, que seule Ina est capable de comprendre. Tore Renberg, avec humilité et justesse, décrit l'évidente complicité qui existe entre les enfants dès le plus jeune âge. Ina et Aslak communiquent, jouent et partagent des moments banals et inoubliables.


« Aujourd'hui, Ina et Aslak vont abattre un arbre. A cause de l'hiver, et parce que dehors le froid est mordant, ils doivent s'habiller très, très, très chaudement. »


Le froid, un aigle qui tournoie, la forêt qui grelotte et bientôt, la nuit qui tombe... là où vivent ces enfants, ce n'est pas le décor d'un sombre conte mais celui de leur quotidien. Aussi à l'aise que dans l'espace de leur chambre, Ina et Aslak s'enfoncent dans la neige jusqu'au ventre ; elle, manie la hâche et grimpe à dos d'élan ; lui, conduit un tracteur.

La nature, sauvage et rude, se pare de flocons délicats, les animaux les encerclent de leur chaleur protectrice... et comme Ina et Aslak qui paradent dans la nuit, une douce lumière nous berce, au cœur de leur univers, au cœur de leur rêve.

Lucie Charrier

 

1955306014.jpg

 

08:51 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0)