Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/12/2017

Le refuge

arton875.gif

 

Le Refuge

Géraldine Alibeu

Cambourakis

 

Avoir un refuge c'est important. Un refuge contre soi, pour soi, un refuge à soi. Si la première lecture de cet album nous dit l'importance d'offrir un refuge aux autres, il faut revenir au début et saisir la nuance qu'apporte Géraldine Alibeu : car avant d'être un « Refuge pour tous », il s'agit bien du « Refuge de M. Richard ». Et ce n'est pas par hasard...

Géraldine Alibeu aborde dans ce livre la conscience de soi et de ses émotions. Savoir écouter sa petite voix intérieure, ressentir sa peine ou son propre bonheur et prendre le temps de les accueillir. C'est à ça que sert ce refuge. C'est une cabane faite de bric et de broc et ça n'a pas grande importance. Avec toute sa dextérité et son goût pour le collage, l'illustratrice nous laisse le choix dans les matériaux. Elle esquisse, agence, superpose, des morceaux de cartons, de papier calque, des motifs et des papiers rehaussés aux feutres... semblant nous dire que nous ne sommes qu'assemblages, plus ou moins solides.

Et c'est avec l'intervention des experts en bâtiment que l'auteure pose les choses : un agent de sécurité, une géomètre et deux ouvriers viennent constater le chantier. Vont-ils ordonner la démolition ? Chasser l'enfant et sa précaire construction ? Non, bien au contraire, ils plantent là un panneau « Refuge de M. Richard ». Un geste qui vient rendre crédible, audible, qui vient donner encore un peu plus de poids à l'existence de cet espace à soi. Et ce n'est qu'à partir de là, parce qu'il sait être à l'écoute de lui-même, que Richard pourra entendre les appels à l'aide, qu'il saura ouvrir son cœur aux personnes en détresse.

Refuge contre la fatigue, refuge contre les bêtes, refuge contre l'ennui, chacun consolidera l'abri selon ses envies et tout ceux qui avaient besoin d'un endroit à eux s'accorderont enfin une pause. En filigrane, sous la pointe grise et les collages colorés, Géraldine Alibeu délivre un message. C'est une histoire si banale qu'on en reste surpris, touché par sa beauté et sa puissance inouïe. C'est un ouvrage « refuge », comme un instant de répit, bien plus fort encore que les best-sellers du rayon « psychologie ». Merci.

Lucie Charrier

 

le-refuge-04-0c054.png

 

14:38 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0)

06/10/2017

Les optimistes meurent en premier

OPTIMISTES_couverture_2017.jpg

                                                    Susie Nielsen aux éditions Hélium (14 ans et +)

 

Il faut toujours s'attendre au pire. Comme ça on a peut-être une chance de se protéger, soi et ceux qu'on aime. Pétula a seize ans. Elle fréquente l'atelier ARTPSY de son lycée. Ce qu'elle nommait avant d'y entrer « le club des tarés ». Pétula est une pessimiste compulsive, persuadée que la vie est injuste, accro à la rubrique des chiens écrasés et paralysée par d'authentiques angoisses, comme la peur des virus ou des accidents ; des symptômes apparus à la suite d'une tragédie familiale. Pétula gère comme elle peut son quotidien, évitant de toucher les poignées, de prendre l'ascenseur, de croiser son ex-pire meilleure amie, et de répondre aux sollicitations de l'homme bionique, le nouvel élève de sa classe et du groupe d'art-thérapie. La galerie de personnages, tous plus accidentés les uns que les autres, est une tornade de drames, réalité brutale et touchante à laquelle s'oppose une détermination et une farouche envie d'avancer. Entre amitié et rejet, attention et agression, espoir et trahison, le texte souligne la personnalité de ces jeunes victimes, toujours sur le fil, qui parviendront à respirer, de nouveau, hors de l'eau. Susie Nielsen porte haut l'entraide et la famille, qui sont ici un rempart aussi fragile que salvateur, et parvient, à grand renfort de boules de poils et de caresses, à calmer les tensions et à changer le cours des choses.

Lucie Charrier

14:01 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0)

29/09/2017

Björn et le vaste monde

CouvertureBjornWEB-1024x716.jpg

Delphine Perret     éditions Les fourmis rouges

4 ans et +

 

Björn est un ours. Un ours se réveille au printemps après avoir dormi plusieurs mois. Il a la langue pâteuse et l'air un peu maigrichon. Quelques traits, à peine trois poils ébouriffés, de petits coups de griffes pour les contours de la tanière, voici l'univers de Björn et le talent inimitable de Delphine Perret, épuré, efficace.

bjorn.jpg

A l'encre noire, sur fond pastel, le quotidien de cet ours adorable est pour le moins banal.Björn et ses amis s'émerveillent de tout et de rien, d'un cerisier en fleurs, d'une odeur nouvelle, d'un petit bruit dans l'herbe... oh ! Un téléphone ! Il s'allume ! Ensemble ils trouvent toujours quoi faire, ils ne remarquent pas leurs différences, leur attention est entière mais limitée, et alors que l'ennui pointe le bout de son nez, il y a un grand pique-nique à préparer !

bjorn 2.jpg

Comment ne pas voir que ce micro univers contient l'enfance toute entière ? A travers Björn, la tortue, le blaireau ou la belette, surgissent les souvenirs et les sensations d'une enfance lointaine, une toute petite enfance, où la moindre sortie est une aventure, où le jardin, à cette échelle, est déjà un bien vaste monde... Sans nostalgie, sans mièvrerie, avec une justesse inouïe, Björn parle de cette enfance si brève et vite disparue, des instants où tout est une première fois, et qu'il faut, pour toujours, garder en soi.

Lucie Charrier

14:15 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0)

25/07/2017

Les trois boucs au parc à plouf

les-trois-boucs-couv.gif

 

Les trois boucs au parc à plouf

Bjorn F.Rorvik – Gry Moursund

Cambourakis

4 ans et +

 Les trois boucs est un conte populaire nordique. Un petit, un moyen et un grand bouc, trois frères. Dans ce conte traditionnel, nos trois compères effectuent le voyage jusqu'aux verts pâturages mais doivent affronter un horrible Troll, qui les attend caché sous le pont. Clip, Clap, Clop, qui sabote sur mon pont de bois ?

Pour qui a déjà entendu ce classique, la grosse voix résonne comme un refrain et à trois reprise, c'est la ruse qui est de mise pour échapper à l'affreuse créature. Qui mieux que des auteurs-illustrateurs norvégiens pour nous raconter cette histoire ? Qui mieux que cette maison d'édition exigeante pour innover avec talent ? Quelle moment dans l'année plus propice pour (re)découvrir cette version survitaminée ?

Parce que oui, dans cette relecture au titre évocateur, les trois boucs vont rapidement changer de route... Un nouveau panneau à l'opposé du pont a fait son apparition : le Parc à Plouf. A grand renfort de publicité et de tarif familial, les toboggans aquatiques ont raison de la fratrie qui décide de piocher dans le budget « gaufres » pour s'autoriser un petit plongeon. Mais une fois en tenue, douchés et à la queue-leu-leu pour la glissade géante, les boucs voient débarquer un intrus qui s'incruste sous l'escalier... le Troll.

Tonitruant, dégoulinant, effrayant, le voici qui campe sous le toboggan et terrorise tous les baigneurs. Ça ne va pas se passer comme ça ! Résolus à sauver leur été, les trois boucs survoltés provoquent leur ennemi pour mieux l'éliminer. Na-na-na-nère ! Le Troll est tout nu ! Il a rien sur le cul ! chanta le grand bouc. Puis il monta les dernières marches au trot et s'élança lui aussi sur le toboggan. Vitesse, fiesta et fou-rire garantis dans cet album où tout semble passé à la moulinette. Envolé le con-conte redondant et rassurant de notre enfance : le voici réinventé, redessiné, remixé à la sauce piquante ! Les incroyables illustrations puisent toute leur énergie dans le dessin d'enfants et l'art du gribouillage : éclaboussures, explosions, elles propulsent le livre dans un déluge d'actions et de sensations aquatoniques ! Les couleurs se juxtaposent et s'affrontent dans un collage surchargeant les pages, qui basculent d'un coup en lecture verticale pour la glissade infernale... quel joyeux bazar ! Jamais les trois boucs ne nous ont fait autant rire ! Un conte nordique CHAUD bouillant !

 Lucie Charrier

 

les-trois-boucs-02.gif

15:39 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0)

19/07/2017

Si les pommes avaient des dents

SILESPOMMES_int_2017.01.17_Page_05.jpg

 

Si les pommes avaient des dents

Milton et Shirley Glaser      Hélium

6 ans et +

"Si les pommes avaient des dents, elles nous mordraient : œil pour œil, dent pour dent."

Amoureux de la langue, voici un ouvrage qui se savoure à chaque page, tant par l'image que l'association des mots qui évoque des situations loufoques et cocasses. Des rhinocéros qui portent des pulls, des oursonnes occupées à se faire une petite « poilette », des cornichons ronchons... l'humour surréaliste et absurde utilisé dans cet album est un puissant sevrage contre la morosité ! Avec des SI, réinventons le monde, poétisons le quotidien, créons à loisirs des expressions aussi cinglées que pertinentes, car soyons réalistes : Si les lapins étaient rancuniers, ils auraient des manteaux en poils de lévrier, n'est-ce-pas ? Ce délice de petits proverbes, un brin ampoulés, s'accompagnent d'un graphisme désuet, rehaussé de couleurs flashi. Les coups de crayons aussi aiguisés qu'une plume détaillent les figures de style avec un humour pincé et déjanté. S'il amuse les plus petits par les scènes incongrues, cet album s'apprécie d'autant que l'on saisit toute les subtilités du langage, ce qui en fait un ouvrage que l'on lit à tout âge ou que l'on partage ! Les éditions Hélium dévoilent un classique des années 50, qui, sous ses allures de dandy, cache des révélations totalement rock n'roll : Si vous coiffez un cochon d'une perruque, ça n'en fait pas un archiduc.

Lucie Charrier

SILESPOMMES_int_2017.01.17_Page_06.jpg

 

15:31 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0)

12/07/2017

Et Ploc !

 

 

Ploc_Couv_dia-23243.jpg

Ploc

Mélanie Rutten - éditions MeMo - (2 ans et +)

 

"Ploc sait faire plein de choses, comme rester en équilibre sur un pied. Même sur un caillou. Tine, elle, sait sauter à la corde et compter jusqu'à trois."

Autour d'eux il y a aussi Baba, un gros nounours comme ceux que l'on mange, à la guimauve. Le petit Bubu, aux allures de bonhomme en pain d'épices et le Migou qui est toujours là quand on a besoin d'aide.

Ploc_P06-fffc9.jpg

De ses pinceaux acidulés, Mélanie Rutten dépeint l'innocence et les jeux aux règles inventées. Une corde à sauter est tour à tour une ligne de départ, un petit train pour se balader, une liane pour ligoter, et soudain un objet à soi que l'on ne veut plus prêter. Mais à force de tirer, tout le monde est tombé et la corde est cassée.

Ploc_P08-0285a.jpg

Entre petits chagrins et gros bobos, on s'entraide, on se console, les choses graves s'estompent dans une éclaboussure et les larmes sèchent quand vient l'odeur d'un bon gâteau. Une histoire toute simple, où l'on est fier de savoir faire des choses tout seul, des choses pour les autres, et d'autres grâce aux autres. Une histoire d'amitié et d'apprentissage, sublimée par les formes et les couleurs, pétillantes et mouvantes, translucides et lumineuses, où les aplats se mélangent et fusionnent, jouant la transparence ou éclatant de joie. Un sublime travail à l'aquarelle sur des pages bien épaisses pour offrir aux plus petits des personnages et des thèmes aussi familiers que profondément libres.

Lucie Charrier

 

11:55 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0)